La Forteresse  de Chinon, dont les Logis Royaux ont été restaurés de 2007 à 2009 –
sans pour autant que soit permise la restitution de la Salle dite « de la Reconnaissance »…

RENAISSANCE D’UNE SALLE DE LA RECONNAISSANCE

Un petit clic sur la flèche blanche pour redécouvrir la Salle de la Reconnaissance !…

La citadelle de Chinon, constituée du fort Saint-Georges, du château du Milieu et du fort du Coudray a fait l’objet de 2005 à 2009 d’une importante campagne de restauration et de mise en valeur par son propriétaire, le Conseil général d’Indre-et-Loire, désormais dénommé Conseil Départemental de Touraine.

Les Logis Royaux étaient composés de trois corps de logis principaux. Les plus anciens sont appelés « le Grand Comble » et « le Petit Comble », nom d’usage retenu pour les désigner. Il y subsiste des maçonneries de la fin du XIIe siècle qui ont fait l’objet de très importantes modifications, de compléments et de reprises notamment au XIVe puis au XVe siècle par le roi Charles VII. Le troisième corps de logis, à l’Est, dit « Salle de la Reconnaissance » où Jeanne d’Arc est dite avoir « reconnu » le dauphin n’a pas été intégrée dans ce plan de restauration. Elle est donc restée complètement ruinée

Le château actuel qui s’étale sur près de quatre cents mètres de longueur occupe un site fortifié depuis fort longtemps. De nombreux vestiges de maçonneries du Haut Moyen Âge et de l’époque romane subsistent sur cet éperon. Après 1044, le domaine passe des comtes de Blois aux comtes d’Anjou d’où est issu Henri II Plantagenêt, roi d’Angleterre qui y séjourne souvent.
Après le siège de 1205, Philippe Auguste fait de Chinon une forteresse à la marche du Royaume de France, entreprend de grands travaux de fortification et construit le grand donjon cylindrique du Coudray. En 1308, Jacques de Molay, grand maître de l’ordre du Temple y est enfermé.
Aux XIVe et XVe siècles, d’autres constructions sont entreprises, notamment la tour de l’Horloge et l’entrée du fort du Milieu.
Le dauphin Charles s’y replie progressivement. De 1427 à 1449, il y réside en permanence avec sa cour, puis de manière épisodique jusqu’à sa mort en 1461, faisant de Chinon le centre de son royaume. Charles VII modernise et remanie profondément les Logis Royaux, dont les salles ne devaient être ni confortables ni spacieuses. Les logis sont remaniés à l’Ouest jusqu’à la douve du château du Coudray et, à l’Est, reconstruits en créant la « Grande Salle », qui est terminée en 1429, lorsque Jeanne d’Arc est dite y reconnaître le dauphin.